HAVANA’S TRANSNATIONAL GENTRIFICATION: HIGHEST AND BEST USE FROM ELSEWHERE

Cet article de Violaine Jolivet aborde les deux processus de marchandisation et de transnationalisation du logement à La Havane sous l’angle des théories de la gentrification en examinant de plus près les familles et les migrants transnationaux en tant qu’agents de la gentrification. L’article analyse alors la manière dont ces citadins mobiles créent et exploitent l’écart de loyers (rent-gap) et  évaluent les prix de l’immobilier dans ce marché émergent situé entre Sud et Est Global. Revenant sur les idées centrales de ‘highest and best use’ et des ‘circulations’ dans la théorie du rent-gap de N. Smith, l’autrice analyse comment la libéralisation et l’accélération des mobilités transnationales sur l’île a affecté le marché immobilier à à La Havane. Basé sur des entretiens avec des propriétaires transnationaux qui ont acheté des logements pour les rénover et les convertir en Airbnb, cet article montre comment ‘the highest and best use’ d’une propriété est évalué depuis l’extérieur et est intimement lié au régime de mobilité des propriétaires. Il démontre également les complexités de la gentrification transnationale dans une ville socialiste du Sud et insiste sur la nécessité de comprendre plus largement les liens entre gentrification et migration.

Pour continuer la lecture 
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/tesg.12571



Citer ce billet
trames (2023, 6 juin). HAVANA’S TRANSNATIONAL GENTRIFICATION: HIGHEST AND BEST USE FROM ELSEWHERE. TRAMES. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ute8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search