Journée d’étude sur la comparaison urbaine 15 avril 2022 au campus Condorcet (Paris)

 

Programme

8h30 Accueil – Salle 100

9h Introduction – Violaine Jolivet (Université de Montréal) et Antoine Fleury (CNRS, Géographie-cités)

9h15 Des biographies d’objets aux agencements de données: deux expériences de comparaison urbaine relationnelle – Ola Soderström, Université de Neuchâtel

Le terme, apparemment tautologique, de comparaison relationnelle a émergé dans les années 2000. Il désigne les implications d’une approche relationnelle en géographie pour les études urbaines comparatives. Au cours de ces vingt dernières années, il y a cependant eu relativement peu de réflexion méthodologique et d’expérimentation empirique permettant d’explorer ce que peut nous apprendre une comparaison relationnelle, c’est-à-dire une comparaison qui prend acte du fait qu’à l’ère d’une mondialisation accélérée les unités urbaines comparées ne sont pas discrètes, mais (souvent étroitement) interreliées. Ma présentation discute d’abord ce terme de comparaison relationnelle et ses différentes acceptions. Je décris ensuite deux expériences que j’ai menées, à 10 ans d’intervalle, de comparaison relationnelle concernant des villes du Sud global. La première porte sur la comparaison de trajectoires de mondialisation à Hanoi et Ouagadougou, à travers des biographies d’interventions urbaines. La seconde porte sur la provincialisation, au sens postcolonial du terme, de la smart city en Inde et en Afrique du Sud, à travers le rôle des données et des technologies dans les dynamiques urbaines. Dans chacun des cas, j’explique pourquoi nous avons comparé, ce que nous avons comparé, comment nous avons comparé et ce que nous avons appris de ces comparaisons. Je conclus en interrogeant les différences méthodologiques entre ces deux recherches, mais aussi les différences ontologiques en matière d’unités de comparaison.

 

9h45 Possibilités comparatives en études urbaines: De la situation coloniale aux institutions claires obscures – Laurent Fourchard, Sciences Po, Centre des Recherches Internationales (CERI)

Au cours des vingt dernières années, un nouveau corpus de travaux en histoire, en anthropologie et en science politique a réévalué le rôle des institutions étatiques et non étatiques dans les modalités d’urbanisation et formes de vie urbaine dans le monde. Cette contribution propose de revenir sur deux concepts (la ‘situation coloniale’ et les ‘institutions claires obscures’) forgés à partir de l’observation d’expériences sociales ordinaires en contexte colonial ou d’ajustements structurels en Afrique. En dépit de leur circulation mondiale, ces concepts, très peu utilisés dans les études urbaines, permettraient de s’émanciper d’une vision parfois trop occidentale de l’urbain et de développer des possibilités comparatives empiriquement ancrées. D’une part, le concept de situation coloniale proposé par Balandier (1951), testé à Brazzaville (1955) démontre le caractère provisoire et précaire de la vie urbaine, produit de la puissance coloniale, de ses capacités d’exploitation, de tri et d’exclusion. S’il a largement été utilisé dans le monde francophone, il n’a été redécouvert que récemment dans le monde anglophone (mais très peu dans les études urbaines en dépit de l’engouement pour les études postcoloniales). D’autre part, les institutions crépusculaires (‘twilight institutions’) développées par Christian Lund (2006) contribuent à faire ressortir la pluralité des paysages politiques locaux où les rapports de pouvoir sont négociés dans les rencontres sociales quotidiennes dans la période post-ajustement structurel en Afrique.  Le concept, qui réinterroge les limites poreuses entre l’État, la bureaucratie et le monde social reste lui aussi encore marginal dans les études urbaines.  La présentation reviendra sur la généalogie de ces concepts, leur diffusion et ses limites et leurs possibilités comparatives dans les études urbaines.

10h15-10h45 Pause-café

10h45 Arrêter de penser avec le Nord et le Sud ?  Transnationalisme et fabrique urbaine dans les Amériques – Violaine Jolivet, Université de Montréal

Cette présentation sera l’occasion de revenir sur plusieurs recherches menées dans les Amériques et plus précisément sur des recherches en cours à Montréal et La Havane, qui s’intéressent au lien entre circulations transnationales et fabrique urbaine. Ces recherches menées parfois conjointement, parfois en parallèle, permettent d’aborder d’une part, la circulation de notions notamment celles de gentrification ou de transition (post-socialiste, post-industrielle) et d’autre part, de questionner le geste comparatif, en interrogeant la manière dont la comparaison vient nourrir les réflexions théoriques et méthodologies sur l’urbain en dépassant les cloisonnements entre Nord et Sud. Le premier temps de cette contribution sera consacré aux diverses tendances qui traversent la comparaison urbaine à travers notamment les approches relationnelles, le dé-centrement des études urbaines, l’urbanisme transnational et la pratique de terrains multi-situés. Le second temps tâchera de décortiquer ce que le comparatisme fait aux approches méthodologiques et théoriques de l’urbain, en tâchant de comprendre où et quand se situe le geste comparatif dans les projets menés et comment ce dernier contribue à la positionnalité du chercheur et la production de données.

 

11h15 De la circulation des notions à l’étude des circulations, à partir d’enquêtes sur la mécanique de rue – Sébastien Jacquot, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IREST 

Cette proposition prend appui sur les enquêtes menées avec Marie Morelle sur la mécanique de rue en Ile-de-France, puis dans le cadre de l’ANR GlobalCars, projet de recherche transnationale sur les économie urbaines et informelles de la voiture (Europe, Afrique, Amérique du Sud). Ce projet cherche à dépasser certaines interprétations des économies informelles, et criminelles dans les villes au Sud comme au Nord. Les activités informelles liées à l’économie automobile ne sont pas considérées dans notre projet comme faisant partie du “monde souterrain” des mégalopoles, mais plutôt comme une composante importante des paysages urbains du monde entier. La présentation souhaite ainsi revenir sur la façon dont nous avons successivement pensé la mise en relation des espaces, depuis la réappropriation des notions utilisées en d’autres contextes à des démarches de recherche comparatistes puis multisituées. Cette exploration des différentes façons de comparer et mettre en relation interroge en retour les conditions de la comparabilité, et ce qui en est le soubassement.

 

11h45 La recherche urbaine comparative globale : un champ de recherche en construction – Patrick Le Galès, École urbaine de Sciences Po, CNRS, Centre d’études européennes et de politique comparée

La présentation portera sur la transformation rapide de la recherche urbaine comparative au cours de la dernière décennie. Elle identifiera certains des débats clés entre les disciplines (principalement entre la sociologie, la géographie économique, la science politique versus la géographie critique, l’urbanisme et l’anthropologie), entre les régions du monde, entre méthodes et objets de comparaison (processus et mécanismes, variables, unités d’analyse, objets, circulation…). Cette présentation s’appuiera sur le Handbook of Comparative Global Urban Research, dirigé par Patrick Le Galès et Jenny Robinson à paraitre chez Routledge.

12h15 Discussion animée par Éric Denis (CNRS, Géographie-cités)

12h45-14h30 Repas et café

14h30-16h30 Comment rend-on la diversité sans l’écraser ? Table ronde animée Marianne Morange (INALCO, CESSMA) Sophie Didier (École d’urbanisme de Paris, Lab’Urba) et Amandine Spire (Université Paris Cité, CESSMA)

16h45 Discussion générale animée par Élisabeth Peyroux (CNRS, UMR PRODIG)

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search