Compte rendu du Workshop « Jiwar » sur les liens du voisinage entre résidents occidentaux et habitants de la médina de Marrakech.

Mise en contexte de l’atelier 

L’atelier « Jiwar » – mot arabe signifiant « voisinage » – est un workshop collectif d’une durée d’environ deux mois organisé à la fin de l’année 2020 à la fondation Dar Bellarj (Fondation Susana Biedermann pour la culture au Maroc) au cœur de la ville historique (médina) de Marrakech ancienne capitale sud du Maroc classée par l’Unesco au patrimoine mondial en 1985.

Figure 01 : Situation géographique de la médina de Marrakech.
Figure 01 : Situation géographique de la médina de Marrakech.

L’atelier s’inspire de notre thèse de doctorat sur l’appropriation de l’espace et la cohabitation entre les résidents occidentaux et les habitants de la médina dans le contexte des mobilités Nord-Sud qui caractérisent la dynamique de tourisme à Marrakech depuis les années 1990. La recherche engage la réflexion sur les nouvelles configurations socio-spatiales et les enjeux de la cohabitation entre les touristes-résidents et les habitants que les flux touristiques occidentaux produisent au sein de la société d’accueil sur un territoire local : la ville ceinte.

Au sein de la littérature sur les nouvelles mobilités migratoires vers les villes anciennes de la rive sud de la méditerranée, notre recherche s’attache à questionner le caractère arabo-musulman traditionnel de l’espace et la question de sa patrimonialisation, en inscrivant cette nouvelle mobilité dans les écrits sur la gentrification touristique, dans un contexte historique post-colonial.

Ainsi, le travail de recherche en amont de l’atelier développe une thématique relativement récente en géographie du tourisme : les conflits de voisinage entre touristes-résidents, touristes et habitants dans le Sud global, en prenant pour étude de cas la médina de Marrakech. Cette recherche en géographie du tourisme convoque également des outils d’analyse de la géographie urbaine, sociale et culturelle pour mieux cerner les enjeux de voisinage et leurs effets sur la cohabitation entre les deux groupes sociaux. L’étude de voisinage se fait dans un espace urbain marqué par la juxtaposition de deux modes d’urbanité oriental et occidental. Elle présente alors une analyse des pratiques résidentielles, des caractéristiques culturelles et socio-démographiques et des perceptions des groupes sociaux en situation de cohabitation. En utilisant le concept de riyadisation (reconversion des maisons traditionnelles à patio central en maisons d’hôtes) qui caractérise la gentrification touristique à Marrakech, l’étude explore les nouvelles configurations spatiales qui prennent place dans la médina. C’est à partir de l’analyse des espaces résidentiels à l’échelle des quartiers (espace public) et des maisons (espace privé) qu’émerge le thème central de voisinage en vue de le saisir dans ses dimensions réelles et conceptuelles et tenter de prévoir son évolution dans le temps.

Les participants

Une quinzaine de participants répartis entre deux générations : les « mamans douées » de la fondation Dar Bellarj et des jeunes lyciens et universitaires ont travaillé sur l’appropriation touristique de l’espace et la question de voisinage qu’ils ont approchés par le biais d’une approche artistique participative, fidèle à l’esprit des ateliers de la fondation. (Photo 01)

Photo 01 : Photo de groupe avec les participant(e)s à Dar Bellarj. (Crédit : Dar Bellarj)

Répartis par groupes de 4 à 5 personnes, les participants ont réalisé des recherches sur 4 volets différents :

  • La mitoyenneté architecturale (densité et emboitement des habitations)
  • L’ambiance sensorielle (les sons, les odeurs, les couleurs, les vues)
  • Le paysage urbain (mutation et reconfiguration de l’espace au fil du temps)
  • Le patrimoine immatériel (traditions locales et pratiques culturelles entre hier et aujourd’hui)

La thématique de voisinage est le point commun de ces quatre thémes, et la question est d’analyser, à travers des cas concrets comment se sont évoluées les relations de voisinage entre les résidents occidentaux et les habitants au cours des trois dernières décennies à l’épreuve de l’emboitement des habitations, des rapports de proximité vécus et perçus au quotidien, des nouveaux usages de l’espace et des mutations des traditions et des pratiques sociale et culturelles locales.

Objectif de l’atelier

L’objectif principal de l’atelier est d’étudier et d’évaluer les perceptions des habitants sur le tourisme de résidence et ses conséquences sur les rapports de voisinage au fil des années, et ce à travers le rapprochement des représentations des mamans et celles des jeunes adolescents sur la présence des résidents occidentaux dans la médina. Nous avons profité de l’épisode de la pandémie de Covid-19 comme un temps-laboratoire où la réflexion sur les liens de voisinage dans la médina peut être menée du fait de l’absence de la plupart des résidents occidentaux.

Méthodologie 

L’animation de workshop associe différentes méthodes relavant notamment de l’anthropologie sensorielle (ce qui est perçu, senti, vu, entendu et vécu), l’identification des marqueurs socio-spatiaux de la gentrification touristique, tout en utilisant des médiums audios, audiovisuels et cartographiques.

Déroulé et organisation des séances

Sur un total de sept séances, le workshop s’est déroulé selon le programme suivant :

  • 02 séances théoriques introduisant les objectifs, la méthodologie et les thèmes de workshop, avec des moments de brainstorming et de partage d’idées et de ressentis des participants.
  • 03 séances de recherche pratique sur le terrain pour la collecte des données, la réflexion et la production des premiers résultats.
  • 02 séances de production au cours desquels les travaux des groupes ont été présentés et discutés et les résultats organisées et finalisées. (Photos 02 et 03) 
    Photo 02
    Photos 02 et 03 : Séances de présentation avec deux groupes de « mamans douées » (Crédit : Dar Bellarj)

    Résultats et restitution

    Du fait des médiums utilisés pour documenter la recherche, les participants ont travaillé avec des cartes mentales et ont présenté des coutres vidéos filmées avec des smartphones, des pièces sonores (interviews, sons d’ambiances) et des cartographies des derb (ruelles) et houma (quartiers). (Photos 04 et 05)

    Photo 04
    Photos 04 et 05 : Exemples de travail cartographique sur une thématique de l’atelier (Crédit : Dar Bellarj)

    Ils ont aussi collecté des anciennes photos d’archives qui ont monté concrètement les changements de la configuration de l’espace et la transformation des caractères culturels matériels et immatériels locaux.

    Prochaine étape 

    Les résultats de workshop seront exposés dans une restitution publique avec un volet virtuel sous forme de mini-exposition en ligne (podcasts expliquant les démarches des participants, vidéos, audios, glossaires, cartes et reportages photos) sur le site de la fondation Dar Bellarj qui pourra durer plus longtemps.

    Photo 06
    Photos 06 et 07 : Séance de restitution préliminaire de workshop autour d’un rituel collectif traditionnel du café que les femmes pratiquaient autrefois entre voisines (Crédit : Dar Bellarj)

    Ont contribué à ce workshop 

    • Aba Sadki, Doctorant à l’Université de Montréal (Animateur)
    • Rim Mejdi, Programmatrice culturelle (Animatrice)
    • Maha El Madi, Directrice de la fondation Dar Bellarj
    • Aziz Bouyabrine, Technicien à la fondation Dar Bellarj
    • Abdellah Hassak, Ingénieur de son

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.