TRAVERSER LE PAYSAGE

Au mois d’octobre dernier Yannick Baumann remettait la version finale de son mémoire de maîtrise.

En prenant pour étude de cas l’ouverture d’un nouveau parc environnemental à Montréal – le parc Frédéric-Back établi sur une ancienne carrière – son projet proposait de questionner les modes de productions des espaces (nature) urbains.

Paysage rural, paysage lunaire dans le parc Frédéric-Back

Son projet partait du constat que depuis quelques années, les concepts de nature – compris à la fois comme environnement et paysage – et de durabilité sont devenus centraux dans les discours politiques sur la fabrique urbaine. Ces-derniers sont, en effet, largement mobilisés, devenant notamment des mots-clés incontournables dans les politiques du vivre-ensemble et de la rénovation urbaine. À travers le monde d’anciennes friches industrielles ou espaces vacants sont reconvertis en espaces (nature) publics. Or, plusieurs s’interrogent sur la capacité réelle de ces concepts – et de ces espaces – à répondre aux défis non seulement environnementaux, mais surtout sociaux des métropoles d’aujourd’hui. On doute, autrement dit, de leur capacité à faire espace public. Sous couvert d’aménagement favorisant le bien-être de toutes et tous et de mécanismes décisionnels participatifs, les nouveaux espaces produits semblent au bout du compte favoriser une certaine vision de l’urbanité, de la durabilité et de la nature qui correspond à celle de la majorité.

Parce que situé à la frontière de deux quartiers péricentraux montréalais aux profils sociodémographiques différents – à savoir le Domaine Saint-Sulpice et le quartier Saint-Michel – l’ouverture du parc Frédéric-Back constituait, pour Yannick, un moment clé pour réfléchir à la fabrique urbaine.

Situation géographique du parc Frédéric-Back sur l’île de Montréal

En fondant son projet de recherche sur un méticuleux travail d’archives ainsi que sur une série d’entretiens semi-dirigés et de parcours commentés réalisée avec des usager-ère-s du parc, Yannick s’est intéressé aux jeux d’acteurs et aux rapports de domination qui ont généré cet espace ainsi qu’à la capacité des discours mobilisant les concepts d’espace public, de nature et de développement durable à – réellement – répondre aux enjeux socio-écologiques des populations locales.

** Il est possible de consulter le mémoire à l’adresse suivante : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/23757

L’image en en-tête est une création de Yannick Baumann


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.