CARNETS DE TERRAIN: L’ARRIVÉE DU CAMPUS MIL

ARNETCe billet présente des extraits des carnets de terrain des étudiant.e.s ayant suivi le cours de terrain GEO3282  avec Violaine Jolivet qui se proposait d’analyser les impacts de l’arrivée du nouveau campus MIL (Université de Montréal) sur les quartiers avoisinants d’Outremont et Parc-Extension à Montréal.

Dimanche 25 août 2019

Cette journée a, pour ma part, débuté dans un des quartiers voisins de Parc-Extension. Le Mile-Ex. Habitant dans le quartier, j’avais déjà remarqué l’arrivée de bureaux et d’entreprises dans les anciennes bâtisses industrielles ainsi que la transformation des espaces résidentiels en espaces à condos. Or, le fait d’avoir comme terrain d’étude Parc-Extension, Outremont et le campus MIL me permet de voir et de vivre le Mile-Ex d’une manière différente qu’à mon habitude. Par exemple, aujourd’hui j’ai remarqué l’achalandage important qu’il y avait dans le quartier. En raison notamment de l’arrivée de jeunes professionnel-le-s dans le quartier le matin. Mais quel est le rapport de l’activité du Mile-Ex par rapport à Parc-Extension ? Outre le fait que la gentrification est déjà bien entamée dans le Mile-Ex et qu’elle débute dans Parc-Extension, la transformation de ces deux quartiers se tourne vers quelque chose de similaire pour les futures années. Notamment, sur la rue Beaumont. (William Larochelle)

Pour mon premier terrain, mon équipe et moi sommes allés à la recherche de centres d’emploi, d’organismes spécialisés en immigration et d’institutions éducatives. Cette activité m’aura permis non seulement de voir le type de service que le quartier offre, mais aussi d’y rencontrer les personnes qui l’occupent. J’ai été agréablement surprise de la diversité culturelle du quartier et de voir comment ces communautés cohabitent bien ensembles. Les blancs représentent une minorité sur le territoire. Cela se note assez rapidement. Même la langue française semble un peu prendre le bord. Ce n’est pas pour rien qu’à chaque coin de rue, il y a des affiches encourageant les cours de francisation. (Karla Maldonado)

De mon côté, j’ai constaté que le quartier est rempli de commerces ethniques qui se situent en grande majorité sur la rue Jean-Talon, tandis que la rue Beaumont, au sud, constitue davantage un secteur industriel où l’on retrouve des garages et diverses entreprises qui engagent des habitant-e-s du quartier. J’ai aussi constaté que la grande majorité des parcs de Parc-Extension sont très peu équipés si on les compare avec ceux qui sont – par exemple – dans le Plateau. Enfin, j’ai trouvé qu’il y avait une quantité impressionnante de lieux de cultes éparpillés dans le quartier. (Charles-Antoine Carrière)

Lundi 26 août 2019

Aujourd’hui, nous avons rencontré la mairesse de l’arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Guiliana Fumagalli (réside également dans le quartier. Elle peut donc constater les changements qui ont eu lieu au fil du temps.)

Au cours de cette expérience sur le terrain – sous la forme d’une marche commentée qui a duré 2h30 – différents enjeux sont, selon moi, ressortis en ce qui concerne l’aménagement, les besoins et les transformations du quartier Parc-Extension.

Le premier point de la marche était la brèche dans la clôture de la voie ferrée du CP qui relie Parc-Extension au secteur souvent considéré comme le Mile-Ex. Cet espace rappelle d’abord les fortes frontières physiques qui contribuent à l’enclavement du quartier depuis toujours : voie ferrée du CP au sud et à l’est, clôture de Ville-Mont-Royale à l’ouest et Métropolitaine au nord. (Alice Sergerie)

Or, Parc-Extension est – avec le temps – aussi devenu un quartier de passage. Ce que je cherche à dire par quartier de passage c’est surtout par rapport au fait que la population n’habitant pas Parc-Extension ne connait le quartier que de nom. Quant à le vivre, c’est une toute autre chose. Un exemple concret serait celui de la rue Beaumont que nous avons emprunté plusieurs fois déjà cette semaine. On remarque que les gens empruntent majoritairement les grandes artères de Parc-Extension pour accéder à des commerces dispendieux, d’autres quartiers ou d’autres axes de communication comme Acadie, Parc ou l’autoroute 40. (William Larochelle)

Un autre point important quant à la définition de quartier de passage est que Parc-Extension représente un quartier d’insertion pour les nouveaux-elles arrivant-e-s et que les résident-e-s changeaient tous les 5 ans environ. Cependant, dû à l’arrivée du MIL, les habitudes de vie du quartier changent. On remarque une transformation du quartier par rapport aux personnes qui viennent l’habiter, mais aussi par rapport à ceux-celles qui viennent le pratiquer notamment en raison des changements de zonages. (Alice Sergerie)

Cette fracture se fait aussi sentir au niveau de l’habitat. Notamment, la question de la modernité (presque futuriste) du nouveau campus MIL et des autres développements aux alentours. Ou celle des logements ultra modernes qui viennent se glisser dans la trame du quartier et qui viennent accentuer la fracture/frontière psychologique avec le quartier de Parc-Ex. (William Larochelle)

La dernière partie de la marche fut marquée par une altercation avec un habitant de Parc-Extension venu nous partager son point de vue sur la gentrification, l’arrivée du campus MIL, les changements sociodémographiques et sur notre présence dans le quartier. Malgré certains propos difficiles, la rencontre fut intéressante puisqu’elle nous démontrait la fureur de certains habitant-e-s du quartier quant à la hausse des prix et à l’arrivée d’une nouvelle population. On notait le mécontentement de l’homme. Cette position qu’il faut (re)connaitre et comprendre. Cette rencontre nous aura, à cet égard, encore plus confronté aux impacts réels de notre arrivée dans le campus entant qu’étudiant-e-s et au fait que de l’autre côté, des gens se retrouvent inévitablement en situation très précaire. (Alice Sergerie et William Larochelle)

Mardi 27 août 2019

Première journée complète de terrain dans Parc-Extension. En sortant du métro Parc, nous nous plongeons au cœur de ce quartier populaire de Montréal. Là où l’ailleurs rencontre le local. Là où la différence côtoie la ressemblance. Là où la séparation rapproche.

À 9h30 du matin, le quartier est, sans surprise animé. Aux va-et-vient incessants des automobilistes impatiens, d’étudiants qui n’ont pas vu leur été passer et des piétons allant partout et nulle part, s’ajoute une cacophonie mélodieuse composée de bribes de conversations dans des langues provenant des 4 coins du monde, d’avions qui rugissent dans le ciel et de freins d’auto qui manque royalement d’amour.

La journée est plutôt tranquille. Après avoir dégusté un délicieux dîner créole, nous décidons de finir la journée avec une petite marche à travers le quartier. Sur la rue Ball, entre Bloomfield et de l’Épée, nous sommes attiré-e-s par le bruit de l’eau et des cris d’enfants provenant du parc. Nous décidons alors de nous y aventurer pour enregistrer quelques sons d’ambiance. C’est alors que nous apercevons, au loin, dans la cour de l’école Camille-Laurin, une dizaine de jeunes d’origine sud-asiatique en train de pratiquer un sport qu’on voit rarement à Montréal. Le criquet. Nous observons leurs faits et gestes, nous faisant totalement oublier – pour le temps d’un instant – que nous sommes en plein cœur de notre ville et non quelque part en Inde. (Serge Novikov)

Dans les circonstances, la journée a été vraiment calme comparé aux journées précédentes. Personne pour nous traiter de priviledge white peope qui consacrent leur temps à faire du poorism dans Parc-Extension. Une journée plutôt tranquille dédiée à passer des appels pour prévoir des entrevues, à organiser le planning pour les deux prochains jours, à faire des prises de son et à explorer.

Nous avons parcouru la partie est du quartier en venant du parc Jarry et avons fait plusieurs arrêts pour enregistrer des ambiances. J’aime vraiment cette idée de pouvoir enregistrer. De capter des moments complètements anodins, mais aussi absolument uniques. Je pense que chacun de nous a désormais une plus grande attention aux sons qui l’entourent. En conclusion, bien que peu agréable, notre rencontre impromptue de la veille m’aura fait prendre un certain recul sur les raisons qui nous motivent à faire ce travail. Sommes-nous légitimes de faire ça ? Quelle posture doit-on adopter – autant vis-à-vis des étudiant-e-s à qui on va présenter notre travail que des éventuelles personnes qui l’écouteront ? Devons-nous même continuer ? Je trouve qu’il s’agit de phénomènes très intéressants à observer, à étudier. Mais j’ai eu tendance, avant cette rencontre, à occulter qu’au-delà de l’aspect théorique que représente la gentrification, il s’agit d’un enjeu réel avec de vraies conséquences sur de vraies personnes. Ce n’est pas un énième balado, rapport, article sur la gentrification qui va empêcher des familles immigrantes de se faire évincer par des propriétaires peu scrupuleux ou à des gens aisés d’ouvrir le genre de bar où la pinte coûte le prix d’un rein au marché noir. Je suis bien conscient de nos faiblesses, mais j’ai tout de même l’envie que l’on produise un résultat concret et qu’on puisse le diffuser au sein de la communauté du campus MIL. Si cela peut faire en sorte que des étudiant-e-s reviennent sur leur décision de venir s’installer dans Parc-Ex ça sera déjà un très bon départ. Je pense aussi que nous pouvons donner les clés d’une compréhension différente du campus. Une autre que celle vendue par l’Université. (Marius Le Maréchal)

Mercredi 28 août 2019

Mercredi signe notre deuxième jour de terrain sans supervision. En allant chercher mon lait frappé traditionnel du matin dans un commerce de Parc-Extension, j’ai pu remarquer le mélange de culture – souvent vanté parmi les points positifs du quartier – prendre forme sous la figure d’un jeune garçon sikh s’exclamant avec l’accent créole « Wallah c’est un vrai ! ». J’ai trouvé cet épisode autant amusant qu’étonnant, car on peut voir une jeunesse non seulement accepter la culture de l’Autre, mais embrasser ses mœurs et ses expressions. (Schneider Joseph)

Serge et moi avions décidé – en début de matinée – de nous rendre à la Société d’histoire d’histoire d’Outremont puisque madame Mccut en avait de nombreuses fois faite mention lors de son entretien. C’était, pour notre équipe, une première fois dans Outremont dans le cadre de ce terrain.  Nous avions donc convenu la veille que nous irions faire une balade dans le quartier pour y récolter des ambiances et s’en faire une opinion.

Photo par Lauréane Cayouette

Malheureusement, la forte pluie a réduit nos déplacements malgré le fait que nous étions bien équipés contre la pluie. L’ambiance ne se prêtait pas à la balade. Nous nous sommes donc rendu-e-s rapidement à la Société d’histoire. Mais une fois sur les lieux, déception. Personne n’est présent au local. Nous en avons quand même profité pour se promener dans le centre intergénérationnel où se trouve une patinoire intérieure, des bureaux d’organismes communautaires et plusieurs organismes pour les personnes retraitées.

Cette exploration m’a alors fait réfléchir sur l’offre de services de Parc-Extension. En ressortant le dépliant « Carte Zoom » donné par la mairesse, j’ai vraiment intellectualisé ce qu’elle mentionnait quant aux limites administratives du quartier et ses limites sociologiques. En inspectant la carte, il est possible de voir qu’en effet il existe une panoplie d’offre dans le grand arrondissement. Une offre presque équivalente à celle d’Outremont. Or, elles sont seulement presque toutes concentrées de l’autre côté du chemin de fer. (Lauréane Cayouette)

De retour à Parc-Extension pour le dîner, une anecdote intéressante nous est arrivée à mon collègue et moi. Partis à la recherche d’un fallafel et d’un shishtaouk, nous avons trouvé un comptoir à l’arrière d’un marché qui vendait ces plats. Pris par une obligation, j’ai laissé mon collègue commander pour nous deux. Lorsque je suis revenu, je suis arrivé à temps pour choisir la garniture de nos sandwiches libanais. Quand mon collègue faisait son choix, le cuisinier lui parlait avec courtoisie comme il se devant. Or, lorsqu’est venu le moment de me servir, le cuisinier a été beaucoup plus familier avec moi et a employé des expressions comme « il n’y a pas de problème cousin » et « merci mon frère ». Il m’a même chargé moins cher que le prix habituel et a chargé un dollar et demi de plus à mon collègue. C’est à ce moment-là que j’ai remarqué que, dû au fait qu’il était un jeune-blanc-aux-yeux-bleus et moi un jeune noir coiffé d’un petit chapeau porté par la communauté musulmane nommé kufi, le caissier a probablement associé notre allure à notre statut social et changé les prix adéquatement selon les perceptions qu’il avait de nous. Cette petite aventure donne peut-être un avant-goût de la manière dont l’arrivée de jeunes étudiant-e-s majoritairement blanc-che-s et aisé-e-s influenceront la hausse des prix dans des petits restaurants et commerces traditionnellement reconnus pour leur accessibilité. (Schneider Joseph)

Jeudi 29 août 2019

À partir de la station de métro Outremont, nous avons entamé une marche en quête de lieux publics plutôt tranquille où nous pourrions potentiellement trouver une personne encline à partager son vécu avec nous. Nous n’avons pas établi de critères au préalable pour cibler notre recherche, mais je crois que fondamentalement nous cherchions à créer un contraste avec les témoignages recueillis dans Parc-Extension auparavant. Ainsi, la personne ‘’type’’ ressemblait à quelqu’un dans la quarantaine, cinquantaine, soixantaine, blanche, trainant dans un parc ou sur un banc.

J’avais le sentiment de voir autour de moi les gens dont le témoignage aurait été poignant, mais je ne sentais pas leur désir de partager leur vision des changements et de leurs impacts. Ils-elles ne semblaient pas voir l’intérêt de partager leur témoignage ou de faire entendre leur voix. Serait-ce parce qu’elle est déjà entendue et qu’ils-elles n’ont donc pas de raison de se mobiliser socialement pour revendiquer leurs besoins ? Ou parce qu’ils-elles savent que leur position est dérangeante et préfèrent donc poursuivre en pais sans se justifier davantage ? (Christophe Laberge)

Vers 14, Lauréane et moi nous sommes rendues jusqu’au parc Jarry. Des enfants venaient de finir leur récréation au parc Saint-Roch. Pendant que les enfants rentraient, nous avons demandé à une enseignante s’ils-elles avaient fini leur récréation et s’ils-elles étaient à l’école juste en face puis j’ai aussi demandé le nom de l’école. Comme j’aurais pu m’y attendre elle m’a demandé ce que je faisais et je lui ai répondu que je suis étudiante à l’Université de Montréal et que je réalise un travail sur Parc-Extension.

Seule, j’ai ensuite commencé à marcher sur la rue Querbes puis, à un certain moment, j’ai réalisé que je marchais trop sur les trottoirs et moins dans les ruelles alors j’ai décidé de rentrer dans la première ruelle que j’ai vue. C’est ainsi qu’une belle rencontre a été faite. En effet, vers 15h, en me promenant dans une ruelle parallèle à la rue Querbes, j’ai eu l’impression de voir – de part et d’autre de la ruelle – deux maisons qui dégageaient quelque chose de totalement différent. L’une était très obscure tandis que l’autre respirait la joie de vivre. En arrivant devant cette dernière, je n’osais ni la prendre en photo ni aborder la dame qui se trouvait dans le jardin. Finalement, j’ai osé et j’ai eu le plaisir de faire la rencontre de Bianca et de son fils Dimitri. Durant cet échange très sincère, honnête et je dirais même convivial nous avons parlé de tout et de rien. Ils m’ont parlé de leur famille, de leur immigration et elle m’a avoué que s’il y a 50 ans elle est venue s’installer ici c’est parce qu’elle a suivi son mari. Durant cette discussion, j’ai vraiment constaté à quel point cette femme d’un certain âge avait une richesse intellectuelle et un passé impressionnant. Nous avons beaucoup ri ensemble. Notre discussion était tellement intéressante que j’ai bien failli oublier de rentrer au local. Donc vers 16h40, j’ai informé Bianca et son fils que je devais rentrer.

En arrivant au local, j’ai beaucoup repensé à cette rencontre et à cette femme qui avait beaucoup d’espoir quant au devenir de Parc-Extension. Je pense que d’une certaine manière, j’ai également envie de croire et de penser comme elle. Même si je pense, qu’en termes de générations, il y a des choses qu’elle ne voit pas. Elle n’était, par exemple, pas au courant de la venue du MIL et ne connaissait pas vraiment les projets de l’Université. Mais bon ! Sa bonne humeur dégageait de l’espoir et une touche d’utopie. Et ma foi pourquoi pas ! Il se pourrait qu’on en ait bien besoin dans le monde d’aujourd’hui et dans celui de demain. (Solenn Benini)

Un texte de
William Larochelle
Karla Maldonado
Charles-Antoine Carrière
Alice Sergerie
Serge Novikov
Marius Le Maréchal
Schneider Joseph
Lauréane Cayouette
Christophe Laberge
Solenn Benini

Image d’entête par Alice Sergerie
Crédit photo (en ordre): Violaine Jolivet; Karla Maldonado; Yannick Baumann; Chloé Reiser; Alice Sergerie; Karla Maldonado; William Larochelle; Violaine Jolivet; Lauréane Cayouette; Yannick Baumann; Solenn Benini

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.