COLLOQUE SUR LES APPROCHES CRITIQUES DE LA DIMENSION SPATIALES DES RAPPORTS SOCIAUX

Du 26 au 28 juin 2019, Violaine Jolivet, Chakib Kehlifi et Antoine Vogler ont participé aux débats transdisciplinaires et transnationaux qui se déroulaient à l’Université de Caen Normandie.

Leur présentation intitulée Le Hood montréalais : les pratiques et les récits de la stigmatisation territoriale avait pour objectif d’illustrer l’aspect relationnel de la stigmatisation territoriale comme étant un processus dynamique empreint de relations de pouvoirs entre ceux et celles qui produisent et ceux et celles qui subissent la stigmatisation. À l’aide de deux études de cas  issues de leur recherche à Montréal-Nord, il a été possible de souligner que Montréal est une ville où des processus ségrégatifs ethno-raciaux sont à l’œuvre et pourtant faiblement étudiés dans recherches en études urbaines portant sur l’agglomération. L’étude de cas d’une controverse spatiale autour de la commémoration de la mort de Fredy Villanueva assassiné par un policier en août 2008 démontre comment des processus de territorialisation divergents, proposés par les citoyens ou la mairie d’arrondissement, ont influencé la création d’une place publique. Ensuite, l’étude sur la Maison culturelle et communautaire (MCC) essentiellement destinée aux jeunes du quartier démontre comment les stratégies de revitalisation urbaine deviennent des outils de restructuration préventive de l’espace.  L’existence de cette structure opère une catégorisation des usages et des personnes qui vont redéfinir les frontières spatiales du stigmate pour les jeunes habitants du secteur Nord-Est et usagers de la MCC


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.