Redéfinir la marginalité: Compte-rendu de 11 brefs essais sur le racisme

“Marginalization: in order for me to be marginalized in your mind, you must be further convinced that you are the center of the universe. [1]

Ces paroles de Lee Maracle, autrice Sto:lo, me sont revenues à l’esprit lors de la lecture du recueil 11 brefs essais sur le racisme, dirigé par Amel Zaazaa et Christian Nadeau. Ce recueil regroupe des essais d’un collectif d’auteur-trice-s qui discutent des différentes facettes du racisme [2].

Dans ce recueil, les médias sont souvent interpellés pour souligner leur responsabilité, mais aussi le reflet d’une société malade. L’accès au récit public est à géométrie variable selon la couleur de peau que l’on revêt et les expériences que l’on met en mots. Les personnes et les expériences blanches sont souvent les seuls récits que l’on entend qui représentent la neutralité universelle à laquelle les marges doivent se conformer comme s’il pouvait n’y avoir qu’un centre qui définit ce qu’est la normalité. À la lecture du recueil, les essais nous permettent précisément de «lire autrement pour aller vers la diversité des formes, des êtres et des imaginaires, pour lutter contre le racisme, pour ouvrir les horizons de lumières qui nous attendent» pour reprendre les mots de Rodney Saint-Éloi dans son essai du recueil. En ce sens, la marginalité ne doit plus être définie par rapport à une expérience unique et plus précisément le dualisme marginalité et centre sont des concepts à écarter.

Le but du recueil n’est pas de donner une voix, mais plutôt d’entreprendre un dialogue avec ceux et celles qui semblent avoir une écoute différente. Justement, la tournée antiraciste que les auteur-trice-s du recueil s’apprêtent à entreprendre à travers le Québec vise à amorcer une conversation sur un sujet sensible et essentiel, conversation qui a été brusquement interrompue en 2016 lorsque la Consultation publique sur la discrimination et le racisme systémique a été abandonnée par le gouvernement québécois.

En lisant le livre My Conversations with Canadians de Lee Maracle, j’ai appris ce qu’était le pouvoir de définir. En lisant 11 brefs essais contre le racisme, j’ai compris le travail immense qui a été accompli par les auteur-trice-s du recueil pour que le Québec aborde cet enjeu central. À la lecture du recueil, ce qui m’est apparu le plus flagrant c’est la preuve d’amour plutôt qu’un procès que les auteur-trice-s démontrent envers le Québec pour contrer son ignorance et pour le faire grandir.

J’espère que l’invitation à écouter sera acceptée par plus d’un-e-s à la suite de la lecture de cet ouvrage.


[1] Citation issue de ce livre: Maracle, Lee (2017). My Conversations with Canadians. Éditions BookThug.

[2] 11 brefs essais contre le racisme : pour une lutte systémique. Dirigé par Amel Zaazaa et Christian Nadeau. Éditions Somme toute.

Avec des textes de Stella Adjokê, Idil Issa, Marc-Édouard Joubert, Lucie Lamarche, Widia Larivière, Christian Nadeau, Cheikh Tidiane Ndiaye, Alexandra Pierre, Will Prosper, Rodney Saint-Éloi, Fabrice Vil, Webster et Amel Zaazaa.


  • En complément : Maracle, Lee (2017). My Conversations with Canadians. Éditions BookThug.

Un texte d’Antoine Vogler


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.