LES JEUNES DE SAINT-MICHEL: ENTRE SURVEILLANCE ET CONSTRUCTION IDENTITAIRE

C’est l’histoire d’un jeune homme noir qui se rendait au dépanneur. Événement anodin jusqu’à présent, sauf lorsque le jeune homme se fait interpeller sans raison par un policier.

Illustration par l'artiste Maylee Keo
Illustration par l’artiste Maylee Keo

« Le policier est arrivé et a sorti son arme sur moi. Je savais tellement que j’étais innocent que je regardais derrière moi pour voir si je passais à Juste Pour Rire. Là, ils m’ont arrêté, m’ont forcé à me coucher et on m’a amené au poste de police juste parce que je suis Noir. Là j’ai passé plus de 8 heures au poste de police… Parce qu’ils avaient ma description, ils m’ont arrêté pour rien. »

C’est le genre de témoignage que l’on peut lire dans le rapport Le profilage racial dans les pratiques policières du groupe de recherche Montréal sans profilage rendu public la semaine dernière. À la lecture de ce rapport qui recense les expériences de plus d’une cinquantaine de jeunes résidant à Saint-Michel, il est troublant de voir que ces événements d’interactions avec les policier.ère.s sont partagés par l’ensemble des jeunes qui ont participé à cette étude collaborative. Ce qui est aussi troublant, c’est le fait que malgré plus de trente années d’enquêtes publiques et d’études de recherche qui font état du profilage racial à Montréal, peu de changements institutionnels ont été mis en place pour éliminer les pratiques policières qui visent injustement les jeunes appartenant à des minorités racisées.

En effet, les résultats de l’étude démontrent que les luttes contre les incivilités et les « gangs de rue » sont deux objectifs policiers qui justifient une surveillance accrue des jeunes racisé.e.s et qui multiplient les occasions pour les policiers de les interpeller sans raison. En d’autres mots, on trouve d’abord un suspect afin de se mettre à la recherche du crime qu’il aurait pu commettre au lieu de découvrir un crime et d’ensuite partir à la recherche de la personne qui l’a probablement commis. Cette surveillance n’est pas sans conséquence, puisqu’elle entraîne un impact chez les jeunes ciblé.e.s par ces pratiques policières autant dans leur estime que dans leur sentiment de sécurité tel qu’illustré si bien par ce témoignage d’un participant à cette recherche : « La police est plus sur le cas des immigrants tu comprends ? Dès que je les vois, je vais me sentir attaquer, comme woye non. Ils viennent sur moi. Je me sens watch » (Homme, Noir).

L’une des principales forces de ce rapport est de réunir ces témoignages, qui ne représentent probablement que la pointe de l’iceberg de ce type d’événement, ce qui illustre le caractère systémique du profilage pratiqué par les policier.ère.s qui touche plus particulièrement les jeunes des quartiers populaires et issus de l’immigration et de la précarisation. L’autre force de ce rapport est la grande place laissée aux jeunes de Saint-Michel dans le déroulement de la recherche qui permet d’émettre des observations mieux ancrées dans leurs réalités et leurs perspectives.


Heureuse coïncidence? Mercredi dernier avait lieu, à la bibliothèque de Saint-Michel, le lancement de l’ouvrage Mon quartier, notre vie. Regards transatlantiques du groupe de recherche mapCOLLAB.

 

Tout comme le projet de Montréal sans profilage, celui de mapCOLLAB visait à redonner la parole aux jeunes du quartier.  L’objectif était, dans ce sens, de leur offrir un espace pour qu’ils se réapproprient le discours sur leur espace de vie. Comme le souligne un participant, un réel écart semble exister entre ce qui est dit du quartier à l’extérieur de celui-ci et l’expérience qu’en ont les jeunes:

“En fait, moi je sens que c’est vraiment juste un préjugé parce qu’en me promenant à Saint-Michel, j’ai jamais senti de tensions ou de… j’ai jamais senti rien de négatif en me promenant à Saint-Michel, je me suis toujours senti un peu comme chez moi”

Or, à l’instar du profilage, ces discours et ces représentations qui leur échappent laissent leurs marques. « C’est tellement fort autant ce que les médias, ton entourage…. c’est tellement puissant puis c’est quelque chose qui se creuse puis qui se forge avec plus que deux ou trois années, c’est quelque chose qui se forge toute ta vie… C’est pas parce que je les crois pas que je les entends pas.» se désole l’un des participants.

D’un côté, ces stéréotypes servent à justifier des pratiques comme celles décrites dans le rapport du groupe Montréal sans profilage. D’un autre côté, par répétition, mais aussi par intériorisation, ces préjugés s’imposent aux jeunes qui cherchent à se construire. “Faque ça travaille dans le subconscient et veux, veux pas, comme c’est toujours susceptible de réapparaître, on sait jamais les circonstances, on sait jamais sur l’impulsivité ce qui peut sortir donc t’as bien beau prétendre que t’appartient pas à certains préjugés, mais t’es toujours sujet à les faire réapparaitre à un moment…” résume l’un deux.

Pour ces raisons, un projet comme celui de mapCOLLAB s’avère plus que nécessaire. L’importance de cette démarche située à la frontière de la recherche et de la création est réelle. Pour le.la lecteur.rice – mais aussi pour celui ou celle qui ira visionner les capsules sur le site de mapCOLLAB – le projet est l’occasion de (re)découvrir quatre quartiers autant méconnus que mal connus à travers les yeux et les voix de ceux qui les habitent. Pour les participant.e.s c’est aussi l’occasion de rejeter l’identité qu’on leur impose à eux et à leur quartier. La création artistique aura permis, à cet égard, aux jeunes impliqué.e.s dans le projet de revendiquer une nouvelle forme d’identité, de se faire entendre et même, dans certains cas, de se découvrir des talents artistiques insoupçonnés.

Le mot de la fin revient à Adam, un jeune de Saint-Michel qui, lors du lancement du livre mercredi dernier, nous rappelle que tout ce qu’il faut pour que les jeunes puissent réaliser leurs rêves c’est qu’on leur donne une voix!

Pour lire le rapport de Montréal en action, cliquez ici.

Pour visionner les capsules vidéos réalisées par les jeunes du projet mapCOLLAB, cliquez ici.

L’illustration en en-tête est une création de l’artiste Maylee Keon

Un texte d’Antoine Vogler et Yannick Baumann


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.